Lalamby FCE – Recrutement 2020

Mandray mpiasa hiomanana amin’ny fahatongavan’ny lamasinina vaovao ny Mpitantana ny zotran-dalamby FCE (Fianaratsoa – Manakara)

Ireto misy santionany amin’ny asa atolotry ny FCE :

  • Receveur Marchandise (niveau BACC)
  • Agent de circulation (niveau BACC)
  • Ecrivain (niveau BEPC)
  • Aiguilleur (Niveau CEPE)
  • Préposé de Bureau (CEPE)
  • Electricien MM (BEPC)
  • Thermicien (BEPC)
  • Mécanicien Nettoyeurs (BEPC)
  • Mécanicien Cribleurs (BEPC)
Image d’illustration : Entretien de Chemin de fer
Annonce de la Direction de la ligne FCE

Manondrana akondro mankany Eoropa ny faritra V7V

Araky ny vavao nampitain’ny Sampandraharaha momba ny Fifandraisana (DRCC) Vatovavy Fito Vinagny, dia hanondrana akondro manta any ivelany ny Fikamban’ny mpamboly amin’ny faritry Mananjary, amin’ity taona 2020 ity.

Sary : Fanomanana Akondro haondrana any ivelany (DRCC V7V)

Ny Tetikasa PROSPERER no manampy amin’ny fampiofanana sy torohevitra ara-teknika ireo mpamboly akondro ireo.

Train FCE : Embarquement prévu cette semaine de 4 « têtes de train »

L’arrivée de ces nouvelles têtes de train à Fianarantsoa devrait coïncider avec la fin des grands travaux d’entretien et de rénovation d’ouvrage d’art (voies, viaduc, etc.) sur une partie de cette ligne réalisée en 1935.

Sauf aléa particulier, les quatre locomotives à destination de la ligne de transport Ferroviaire FCE (Fianarantsoa à la Côte Est / Manakara) quitteront le port d’Anvers, France, ce 15 février 2020.

Embarquement des locomotives

Vatovavy : quelques avantages d’une 23e Région pour le Sud-Est de Madagascar

La création d’une nouvelle région, en découpant la région Vatovavy-Fitovinagny (V7V), en deux est dans les discussions depuis quelques années. Certains y voient un risque d’affaiblissement des localités constituant la région Fitovinagny. D’autres y espèrent la mise en place de nouvelles infrastructures dédiées à l’éventuelle future région Vatovavy.

Mont VATOVAVY, près de Kianjavato sur la RN25 reliant Vohiparara/RN7 et Manajary

Un observateur de la situation socio-économique locale, qui ne souhaite pas afficher son identité, y verrait une opportunité de mise en valeur des spécificités et des potentiels de chaque sous-région du Grand-Sud-Est de Madagascar, allant de Nosy Varika jusqu’à Taolagnaro.

Si ces régions (Vatovavy, Fitovinagny, Atsimo-Atsinanana et Anosy) arrivent en effet à se coordonner pour revendiquer la réhabilitation des grandes infrastructures qui faisaient autrefois leur force, elles auront plus de chance d’être entendues et surtout prises au sérieux que ce soit par le pouvoir central, soit par les partenaires techniques et financiers.

A titre d’exemple :

+ Une réhabilitation des Routes RN 25, RN12, RN12A profitera à toutes ces régions.

+ Un nouveau port avec une meilleure profondeur d’eau proche de Mananjary ou de Manakara bénéficiera mieux toutes ces régions que d’acheminer les produits d’exportation par route jusqu’au port de Tamatave.

+ Porter ces projets avec le soutien unanime de toutes les régions concernées est la meilleure manière de défendre l’intérêt général de la population concernée, qui se trouve parmi les plus démunies de Madagascar en industrie, en infrastructure de transport, en établissement d’enseignement supérieur, …

Il serait aussi temps de mettre de côté des revendications de supériorité ou d’importance historique, et regarder en face le vide structurel et multisectoriel qui caractérise cette grande région gorgée de potentiel mais oubliée, négligée ou ignorée de tous.

FCE – Avis de coupure de circulation jusqu’en Mars 2020

Dans le cadre de l’entretien des ouvrages d’art et des voies de chemin de fer sur la ligne Fianarantsoa – Manakara, une coupure de plusieurs semaines (environ 2 mois) est envisagée entre Janvier et Mars 2020. La coupure ne devra concerner qu’une partie de la ligne.

Les voyageurs, usagers, agences de voyages et clients sont invités à consulter les responsables d’exploitation de la ligne FCE dans l’organisation des déplacements.

Girofle : Prix du kg à 4 USD au bac Manambondro – 12 USD au Port de Tamatave

Environ 30 000 familles de paysans réparties le long de la côte Est de Madagascar produisent du Girofle.

Le prix de vente local dépend principalement de la qualité des routes pour l’acheminement des produits vers le Port de Tamatave.

L’administration publique essaie de favoriser le secteur par l’augmentation de nombre d’opérateurs économiques autorisés à exporter ce produit destiné au marché international.

Si le produit est collecté à un prix autours de 4 dollars/kg (13 500 Ar) au bord du Fleuve Manambondro, entre Vangaindrano et Fort-Dauphin, il est proposé au prix de 12 dollars après conditionnement pour l’exportation au Port de Tamatave.

Les difficultés de transport vers les points de conditionnement pénalisent ainsi les paysans producteurs.

Le problème d’infrastructure, surtout routière, est presque généralisé pour toutes les régions fertiles de Madagascar. Cette région du Sud-Est attend avec impatience la réhabilitation des routes nationales RN12A, RN12, les Ports Maritimes.

L’aboutissement des chantiers pour la fluidification du Canal des Pangalana pourra aussi améliorer la situation locale.

Image d’archives : Culture du Girofle en 1947

Train FCE Manakara – Miverina misokatra tsikelikely

Eo am-piandrasana ny fahatongavan’ny Lohamasinina vaovao, avy any ivelany, dia niverana nisokatra ny fitaterana an-dalamby FCE (Fianarantsoa-Manakara) ny 28 desambra lasa teo.

Nisy fanamboarana tsy maintsy nanapahana ny zotra tao anatin’ny herinandro maromaro ka tapaka ny zotra mivantana Fianarantsoa-Manakara.

Efa manatsara miandalana ny fitaovana sy ny fomba fiasa ihany koa ireo tompon’andraikitry ny zotra.

Grand Sud-Est grand absent des coopérations décentralisées

La dixième rencontre des coopérations décentralisées a eu à Ampefy, en Itasy, les 11, 12 et 13 décembre 2019, sur la thématique des « Villes et territoires durables.

Aucune collectivité des Régions du Grand Sud-Est n’a participé à cet événement important pour le développement économique.

Les acteurs présents ont travaillé dans différents ateliers :

• la Région Haute Matsiatra et la Métropole de Lyon,
• la Région Diana et le Département du Finistère,
• la Région Itasy et la Région Nouvelle-Aquitaine,
• la Commune Urbaine d’Antananarivo et la Région Ile-de-France,
• la Commune Urbaine de Tamatave et la Ville de Saint Etienne,
• la Commune Urbaine de Morondava et la Région La Réunion,
• les communes de Billère et Soavinandriana,
• le réseau Grand Est Solidarités et Coopérations pour le Développement,
• l’Association des Maires des Grandes Villes de Madagascar, l’Agence Française de Développement (AFD), l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), France Volontaires et la GIZ.

Les ateliers ont permis de faire se rencontrer les acteurs, élus de terrain, techniciens, opérateurs et associations de l’action internationale des collectivités territoriales malgaches et françaises. Ces moments d’échange et de partage d’expérience ont été l’occasion de faire un point d’étape sur la décentralisation et la coopération décentralisée à Madagascar comme en France.

https://mg.ambafrance.org/10e-rencontre-des-cooperations-decentralisees-entre-collectivites-malagasy-et

Pêche de Crevette – Projet SWIOFISH2 : 14 Milliards Ariary dépensés en 2018 – Quels impacts pour les pêcheurs de la région Sud-Est de Madagascar?

Le Projet SWIOFISH2 financé par un programme de la Banque Mondiale vise appuyer l’amélioration de la pêcherie crevettière de Madagascar.

Un rapport d’audit publié en 2019 soulève quelques interrogations sur les impacts du projet au niveau des pêcheurs cibles.

Ce rapport indique qu’en 2018, 13,9 Milliard Ariary ont été dépensés.
> 10,5 Milliards Ariary ont été dépensés dans pour « l’amélioration de la gouvernance des pêcheries prioritaires » (Dont l’achat de 46 Voitures)

> 2,8 Milliards Ar. pour « Gestion et coordination du projet »

> 486.9 Millions pour « Appui à l’adhésion des populations cibles. »

En s’interrogeant sur le cas pêcheurs des Régions du Sud-Est Madagascar qui produit plus de 60% des Langoustes de Madagascar, on cherche à identifier les résultats à court et à moyen terme de ce projet pour ces acteurs économiques du Pays.

Source : http://documents.banquemondiale.org/curated/fr/880981565162021714/P153370-P159562-SWIOFISH2-MG-Rapport-Audit

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑