Aéroport de Manaraka : exploitation confiée au Groupe Filatex

Aéroport de Manaraka, Wikipédia

Un contrat de gestion de l’aérodrome de Manakara a été accordé par ADEMA au Groupe Filatex.

C’est une nouvelle qui donne de l’espoir sur une future ouverture de ligne aérienne commerciale vers cette région.

La rareté des activités touristiques et la grave dégradation du système de production économique dans cette région ne permettent pas, à court terme, aux transporteurs aériens de s’engager pour y assurer un service commercial.

La population locale y voit un signe de progrès.

Girofle : Prix du kg à 4 USD au bac Manambondro – 12 USD au Port de Tamatave

Environ 30 000 familles de paysans réparties le long de la côte Est de Madagascar produisent du Girofle.

Le prix de vente local dépend principalement de la qualité des routes pour l’acheminement des produits vers le Port de Tamatave.

L’administration publique essaie de favoriser le secteur par l’augmentation de nombre d’opérateurs économiques autorisés à exporter ce produit destiné au marché international.

Si le produit est collecté à un prix autours de 4 dollars/kg (13 500 Ar) au bord du Fleuve Manambondro, entre Vangaindrano et Fort-Dauphin, il est proposé au prix de 12 dollars après conditionnement pour l’exportation au Port de Tamatave.

Les difficultés de transport vers les points de conditionnement pénalisent ainsi les paysans producteurs.

Le problème d’infrastructure, surtout routière, est presque généralisé pour toutes les régions fertiles de Madagascar. Cette région du Sud-Est attend avec impatience la réhabilitation des routes nationales RN12A, RN12, les Ports Maritimes.

L’aboutissement des chantiers pour la fluidification du Canal des Pangalana pourra aussi améliorer la situation locale.

Image d’archives : Culture du Girofle en 1947

Vangaindrano – École de Sport Andrarangy

Fampivelarana sy fampandrosoana ny tanora amin’ny alalan’ny fanatanjahan-tena no sahanin’ny fikambanana Andrarangy ao Vangaindrano.

Mila tohana ny tanora hahafahany mianatra sy mampitombo ny talenta ananany.

Mpianatra mpiofana taranja Baolina kitra lehilahy
Mpianatra mpiofana Baolina kitra vehivavy

Mijoro ara-panjakana ny fikambanana Andrarangy ka ny zanaray ampielezana (diaspora) any France no mpanohana hatramin’izao.

Andrarangy France amperinasa

Mila fotodrafitrasa (infrastructures) hiofanana toy ny kianja (terrain de sport, gymnase) sy efitra fikotranana (dojo, salle de danse) hahafahany miasa ny École de Sport Andrarangy ka mitady vahaolana amin’izany ny Fikambanana.

Hita ao amin’ny Facebook ny fiainan’ny fikambanana « @Andrarangy Andrarangy »

Sary @Andrarangy
Ireo mpitarika sy mpiaramiasa ao amin’ny fikambanana Andrarangy

Train FCE Manakara – Miverina misokatra tsikelikely

Eo am-piandrasana ny fahatongavan’ny Lohamasinina vaovao, avy any ivelany, dia niverana nisokatra ny fitaterana an-dalamby FCE (Fianarantsoa-Manakara) ny 28 desambra lasa teo.

Nisy fanamboarana tsy maintsy nanapahana ny zotra tao anatin’ny herinandro maromaro ka tapaka ny zotra mivantana Fianarantsoa-Manakara.

Efa manatsara miandalana ny fitaovana sy ny fomba fiasa ihany koa ireo tompon’andraikitry ny zotra.

Grand Sud-Est grand absent des coopérations décentralisées

La dixième rencontre des coopérations décentralisées a eu à Ampefy, en Itasy, les 11, 12 et 13 décembre 2019, sur la thématique des « Villes et territoires durables.

Aucune collectivité des Régions du Grand Sud-Est n’a participé à cet événement important pour le développement économique.

Les acteurs présents ont travaillé dans différents ateliers :

• la Région Haute Matsiatra et la Métropole de Lyon,
• la Région Diana et le Département du Finistère,
• la Région Itasy et la Région Nouvelle-Aquitaine,
• la Commune Urbaine d’Antananarivo et la Région Ile-de-France,
• la Commune Urbaine de Tamatave et la Ville de Saint Etienne,
• la Commune Urbaine de Morondava et la Région La Réunion,
• les communes de Billère et Soavinandriana,
• le réseau Grand Est Solidarités et Coopérations pour le Développement,
• l’Association des Maires des Grandes Villes de Madagascar, l’Agence Française de Développement (AFD), l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), France Volontaires et la GIZ.

Les ateliers ont permis de faire se rencontrer les acteurs, élus de terrain, techniciens, opérateurs et associations de l’action internationale des collectivités territoriales malgaches et françaises. Ces moments d’échange et de partage d’expérience ont été l’occasion de faire un point d’étape sur la décentralisation et la coopération décentralisée à Madagascar comme en France.

https://mg.ambafrance.org/10e-rencontre-des-cooperations-decentralisees-entre-collectivites-malagasy-et

Pêche de Crevette – Projet SWIOFISH2 : 14 Milliards Ariary dépensés en 2018 – Quels impacts pour les pêcheurs de la région Sud-Est de Madagascar?

Le Projet SWIOFISH2 financé par un programme de la Banque Mondiale vise appuyer l’amélioration de la pêcherie crevettière de Madagascar.

Un rapport d’audit publié en 2019 soulève quelques interrogations sur les impacts du projet au niveau des pêcheurs cibles.

Ce rapport indique qu’en 2018, 13,9 Milliard Ariary ont été dépensés.
> 10,5 Milliards Ariary ont été dépensés dans pour « l’amélioration de la gouvernance des pêcheries prioritaires » (Dont l’achat de 46 Voitures)

> 2,8 Milliards Ar. pour « Gestion et coordination du projet »

> 486.9 Millions pour « Appui à l’adhésion des populations cibles. »

En s’interrogeant sur le cas pêcheurs des Régions du Sud-Est Madagascar qui produit plus de 60% des Langoustes de Madagascar, on cherche à identifier les résultats à court et à moyen terme de ce projet pour ces acteurs économiques du Pays.

Source : http://documents.banquemondiale.org/curated/fr/880981565162021714/P153370-P159562-SWIOFISH2-MG-Rapport-Audit

Internet/Fibre optique à Madagascar : La concurrence viendrait de l’espace avec Starlink

Pendant que les opérateurs de télécommunications à Madagascar se battent pour l’ouverture de la concurrence sur les liaisons en fibre optique à Madagascar, une nouvelle offre d’accès à Internet de « l’espace » plane telle une menace sérieuse pour bousculer le marché.

60 nouveaux satellites viennent d’être mise en orbite pour la construction de la constellation de Starlink. Deux grappes de 60 satellites ont été déjà lancées en 2019. Quelques milliers de satellites pouvant concurrencer les offres d’accès à Internet formeront cette solution qui fournira un service d’accès au réseau global sans passer par une installation au sol.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑